Historique

Aux origines …

La première association culturelle française de Belgrade est fondée en 1920 sous le nom de « Société des amis de la France » ou « Club français » qui devient le rendez-vous de l’élite francophile de la capitale. A la même époque, une école française tenue par des religieux accueille des jeunes élèves du pays. La seconde guerre mondiale et l’occupation sonnent le glas de cette coopération et font disparaître tous les établissements français. Toutefois, les livres de la bibliothèque du « Club français » demeurent accessibles au public, de manière clandestine, par le biais d’une bibliothèque locale, située rue Zmaj. En mai 1945, une salle de lecture ouvre au 20, rue Knez Mihailova, préfiguration du « Centre culturel français » qui s’installe dès sa création, en 1951, dans l’immeuble de l’Union, situé à quelques pas.

Pourquoi l’Union ?

Le bâtiment de l’Union est une figure du patrimoine architectural de Belgrade, situé dans la rue Knez Mihailova, principale artère piétonnière de la ville. Conçu dans les années trente par un groupe d’architectes français dont les noms sont aujourd’hui perdus, il est construit pour accueillir le siège de la compagnie d’assurances « L’Union », fondée en 1828. Le nom de la compagnie, ainsi que la date de sa création, gravés sur la corniche de l’immeuble sont l’unique ornement de la façade de l’édifice aux lignes pures et sobres, adoucies par la rondeur et la couleur sable de la pierre.

De la Yougoslavie à la Serbie

Des années 50 au début des années 90, le Centre culturel français développe ses activités et est la tête du réseau culturel français en Yougoslavie. Après avoir été saccagé et partiellement pillé par des manifestants en mars 1999, aux premiers jours des bombardements de l’OTAN, il est entièrement rénové et rouvre le 14 juillet 2001. Grâce au courage et au dévouement d’étudiants et de professeurs de la Faculté de philologie de Belgrade, dont certains travaillent maintenant à l’Institut, la plus grande partie du fonds de la bibliothèque a pu être sauvée et transportée dans les caves de la faculté de Philologie, puis rendue au Centre culturel dès sa réouverture. Le 8 décembre 2001, le Centre culturel français rénové est officiellement inauguré par le Président Jacques Chirac

Accompagner la transition partout en Serbie

Dans la foulée, en réponse à une demande des municipalités et d’acteurs non institutionnels, des antennes sont ouvertes à Niš (2003) et à Novi Sad (2004), permettant d’offrir aux Nišois et aux Novosadiens la même qualité de service qu’aux Belgradois et de développer nos partenariats en Sud-Serbie (depuis Niš) et en Vojvodine (depuis Novi Sad). Aujourd’hui encore, la présence de l’Institut français de Serbie à Niš repose ainsi sur un très étroit partenariat avec la municipalité qui accompagne financièrement notre présence. En Vojvodine, nous développons nos programmes éducatif avec le soutien du Gouvernement provincial.

Du Centre culturel français à l’Institut français de Serbie

Le 1er janvier 2011, le Centre culturel français est rebaptisé Institut français de Serbie, adoptant une appellation désormais mondiale. Depuis lors, l’Institut français de Serbie est légataire de l’image et de la mémoire du Centre culturel français et est en première ligne pour ancrer les partenariats franco-serbes, partout en Serbie, dans une dimension résolument innovante, contemporaine et au service de la jeunesse.